Estampes “Vers Cythère l’île inspirée elle vogua” de Dominique Castell

Estampe réalisée par Dominique Castell à l’Atelier Vis-à-Vis.
Sérigraphie 3 passages sur papier Arche Velin BFK Rive 250g/m2
30×40 cm, 31 exemplaires numérotés et signés par l’artiste
2021

Impression : sérigraphie 3 passages : bleu roi, blanc transparent et blanc opaque
Format : 30×40 cm
Papier : papier Arche Velin BFK Rive 250g/m2
Edition : 31 exemplaires numérotés et signés
Année de production : 2021

Prix sur demande, si vous souhaitez commander une estampe contactez-nous

Cette estampe a été présentée lors de l’exposition “L’île inspirée” au Mac Arteum dans le cadre de la saison du dessin 2021 et au salon d’art contemporain Art-O-Rama 2021à la Friche Belle de Mai.

 

Cette estampe a été réalisée dans le cadre d’une résidence de production de l’artiste Dominique Castell à l’Atelier Vis-à-Vis

 

L’île inspirée

En ces temps malmenés par les soubresauts de l’actualité, le monde  vacille.
L’art tente de faire face.
L’horizon de dessins, comme un ruban déployé sur le mur des deux  salles, essaie de garder le cap et de tendre vers l’île inspirée. Ce lieu  insituable, métaphore de ce qui en nous continue à vibrer, à s’animer,  est aussi le motif d’un élan qui échappe à l’aplatissement et à la gravité  du monde.
Dessiner pour s’accorder.

De la pointe du stylo, caresser le papier, caresser l’espoir, tracer.  Lignes témoins qui rendent visibles les aléas de la vie : tourments des  sociétés, conflits des sentiments, tectoniques des plaques, simple  inquiétude, ou juste douceur des heures… Au jour le jour, au fil  de l’eau, ici ou là, tel un sismographe attentif, le stylo sillonne les  mouvements de terrains de l’âme et les fractures du monde, ouvre des  chemins, capte des lumières, libère des souffles et continue inlassablement à chercher son inspiration, son île.

Stylo bille bleu voguant lentement vers Cythère où est née Aphrodite.  Stylo d’argent sur papier nocturne transcrivant flux et fureurs de  Stromboli, écho de mes pas sur le bord du cratère, comme écho  évident du chaos climatique et pandémique que nous traversons. Les  rêves sont lents et les désirs immobiles. Impasse, impossible fuite…  Où trouver la grâce et les corps qui dansent ? En réponse, le trait  tenu suit la cadence sismique, accompagne les laves, cartographie des  résilles scintillantes, des feux d’artifice malgré tout.

Le stylo vert ne baisse pas les bras, continue à chercher la ligne  serpentine des voix aquatiques, des accords marins, des corps renver sés sereins, des sirènes furtives. Eau scintillante et vert inclassable de  l’onde tentent leur chance.

Le trait retrouve espoir, bataille, résiste, caresse, glisse, inépuisable  réparé. Il retrouve sa respiration et en cela s’accorde tant aux pensées  d’Emanuele Coccia *, « Inspirer c’est faire venir le monde en nous – le  monde est en nous – et expirer, c’est se projeter dans le monde que  nous sommes.

Dessiner donc.

Dominique Castell
Marseille, Août 2021

 

Derrière une apparente simplicité du geste se révèle la nature  complexe des œuvres de Dominique Castell. Ses tracés se  dérobent à la description objective et nous convient à une autre  forme d’appropriation.  

La démarche artistique de Dominique Castell relève de la  fabrique de récits qui vise à donner une expérience du réel, sans  en passer par sa simplification outrancière et par les préjugés et  stéréotypes auxquels il est difficile d’échapper. L’artiste semble  avoir passé un pacte avec le spectateur auquel elle affirme  que ce qu’elle dessine n’est pas vrai, mais que cet artifice lui  permet d’atteindre à une connaissance profonde, intime, de la  réalité. L’acte de dessiner permet à Dominique Castell de rendre  prégnante une expérience du réel que sa désignation par la  parole ou l’écrit ne peut que mettre à distance.  

Ses dessins apparaissent dès lors comme des annotations, des  souvenirs de sensations ou des fragments d’une mémoire à  l’œuvre, qui nous incitent à regarder ses dessins comme autant  de réminiscences des chemins parcourus, des espaces habités et  des sensations enregistrées. 

Extrait du texte de Pascal Neveux, Les promesses du dessin, 2017, Géodésir, Edition la  Fabrique Sensible, Arles.