Estampe “La Notte – Taxi de nuit” de Jean-Jacques Surian

Estampe réalisée par Jean-Jacques Surian à l’Atelier Vis-à-Vis.
Sérigraphie rehaussée à la main sur papier chiffon noir 250g/m2
50×65 cm, 20 exemplaires numérotés et signés par l’artiste
2022

La Notte 

Se laisser tenter par « une déambulation nocturne et mélancolique à la Michelangelo Antonioni dans un Marseille livré aux lumières artificielles » où la noirceur des vides appelle le regard et enserre les silhouettes. Ici, la cité phocéenne affichée par Surian tangue entre théâtralité et tragique. « Pathétiques apparitions et vestiges liés à jamais à la destruction » flottent dans un panoramique à la perspective écrasée et des contres plongées vertigineuses. Ainsi, dans l’agitation et l’indifférence des ballets automobiles, nous nous abandonnons à notre introspection. 

Après «la Shampouineuse», l’artiste a collaboré une nouvelle fois avec l’atelier sur une série d’estampes inédites où chaque détail est nécessaire à l’ensemble dans une entière liberté sarcastique.

 

Titre Title : La Notte 1, Taxi de nuit
Artiste Artist : Jean-Jacques Surian
Année de création Year of creation : 2022
Techniques Techniques : sérigraphie sur papier Arches noir 250g/m2, 2 passages d’impression d’encres blanc et dégradé magenta – gris. Impression à la main. Rehaut au crayon de couleur par l’artiste. Silkscreen printing on black Arches paper 250g, 2 layers of ink white and gradient magenta – grey, hand print. Hand highlight with coloring pencils by the artist.
Exemplaire Edition : 20 exemplaires
Dimensions Size : 50x65cm

Estampe réalisée dans le cadre d’une résidence de production de l’artiste Jean-Jacques Surian à l’Atelier Vis-à-Vis

Atelier Vis-à-Vis Editions

Prix sur demande, si vous souhaitez commander une estampe contactez-nous

Cette estampe a été présentée à l’occasion du salon international d’art contemporain Art-o-rama à la Friche Belle de Mai à Marseille en Août 2022.

Jean-Jacques Surian 

Né en 1942. Vit et travaille à Marseille.
« Ma démarche artistique a bien sûr évolué depuis les années 60. mais on va essayer de tirer les grandes lignes. C’est une peinture imaginaire et figurative qui se nourrit souvent de textes fondateurs comme : L’Ancien Testament (musée d’art moderne de Céret), la Divine Comédie (musée des tapisseries et pavillon Vendôme à Aix-en-Provence), fragments du discours amoureux de R. Barthes ou simple série : les Faits Divers (galerie du conseil départemental à Aix-en-Provence), les Réunions (Fondation Cartier pour l’art contemporain à Jouy-en-Josas), et d’images, les compositions ont toujours une mise en scène dans un « paysage » presque toujours urbain, Marseille est très présente mais pas toujours une relation s’établit entre le texte, le vécu, l’imaginaire se nourrissant de « banques d’images » (cinéma, images diverses d’actualité ou familiales et à l’occasion de découvertes de régions françaises ou pays comme la Chine (retour de Chine, dans mon atelier). »